Accueil > Comprendre la fanfiction > A la découverte de la fanfiction >

<< Qui écrit et pour qui ?  | |   Personnages et thèmes >>

Le contenu des fanfictions

Canon ou pas canon ?

Alors, que trouve-t-on dans les fanfictions ?

Ce qui frappe pour commencer, c'est la profusion de genres de récits, alors même qu’ils sont basés sur une même œuvre.

Dans les sites, elles sont avant tout classées par genre littéraire : humour, aventure, romance, angoisse etc., mais très vite les fandoms les plus utilisés se mettent à fourmiller de sous-genres qui leur sont particuliers. Un jargon très technique a vu le jour pour qualifier ce qu’on met dans son texte.

La notion de canon

Tout d’abord, on définit une fanfiction par rapport à sa fidélité à l’œuvre d’origine : le canon.

Il faut prendre le mot canon au sens religieux du terme : conforme au texte. Cela signifie que les éléments développés par l'œuvre de base (personnages, lieux, chronologie) sont scrupuleusement observés.

Reprendre une œuvre en restant dans le canon limite ce qui peut être imaginé. Mais c’est un exercice de rigueur et d’analyse qui oblige l’auteur à rester très cohérent avec les éléments donnés : respect du caractère des personnages des rapports qu’ils ont entre eux, de l’environnement avec lequel ils interagissent. Tous ces éléments à prendre en compte vont donner une profondeur au récit.

Que trouve-t-on dans ce cadre strict ?

Continuer l'œuvre en cours

Pour les sagas en plusieurs tomes, la suite peut être imaginée en partant du dernier ouvrage disponible. Même rattrapées ensuite par la vraie histoire, ces suites alternatives peuvent présenter beaucoup d'intérêt.

Pour les séries télévisées, de nouveaux épisodes peuvent être inventés et la manière dont les relations peuvent évoluer entre les personnages sont extrapolées.

Sequelle, Next'gen, Préquelle

Une fois l’œuvre originelle terminée, une suite peut être lancée par un auteur imaginatif. Il peut se placer juste après la fin de l’œuvre exploitée ou faire un bond dans le futur qui permet d’introduire de nouveaux éléments sans toucher au canon. Cela s’appelle une sequelle (dans le sens de ‘suite’, ou dérivé du mot Sequel, suite d’une œuvre en anglais).

Reprendre l’histoire en utilisant les enfants des héros est un genre particulier qu’on appelle Next’gen (nouvelle génération).

A contrario, on peut aussi raconter la genèse de l’œuvre : l’enfance du héros, l’histoire de la génération précédente, la mise en place de l’univers où se déroule l’action. Là encore, on utilise un dérivé du mot anglo-saxon pour qualifier cet exercice : c’est une préquelle.

Récit parallèle

Certains font une réécriture de l’histoire en prenant un autre point de vue que celui du narrateur original. Cela permet de raconter des éléments en marge auquel il est fait référence par les héros et de mettre en avant des personnages secondaires.

Il est également possible pas ce biais de donner son interprétation sur le déroulement des évènements narrés dans la version d’origine.

Romances 'canon'

La romance représentant une grande partie des productions de fanfiction, les auteurs se font un plaisir d’écrire à l’avance ou de réécrire les déclarations des sentiments entre les héros.

Ils sont également très intéressés par la manière dont ils vont (enfin) devenir amants. Comme beaucoup des œuvres de base sont destinées à un jeune public, elles sont muettes sur la question, ce qui laisse beaucoup de choses à écrire à ce sujet.

Les récits non canon

Le récit non canon va introduire des éléments qui sont en contradiction avec le récit du départ. L’auteur de fanfiction non seulement s’approprie des personnages et des lieux, mais imprime aussi sa marque en changeant les éléments qui lui déplaisent ou en ajoute d’autres qui l’intéressent.

La parodie

Une forme prisée est la parodie. L'auteur souligne les incohérences ou les outrances de l'œuvre qu'il pastiche et fait ainsi un texte humoristique, parfois à partir d'une histoire qui ne l'est pas du tout.

UA, univers parallèle

Tout en gardant une partie de l’univers original, l’auteur change un élément et développe ce que peut donner cette nouvelle situation, tout en respectant ce qui n’a pas été modifié. Mettre un personnage dans une situation inédite permet d’approfondir la connaissance qu’on a de lui et lui donner une profondeur supplémentaire.

C’est le principe de l’uchronie : modifier un fait historique et tenter d’en extrapoler les conséquences dans un environnement qui, lui, n’a pas changé (par exemple : ce qui se serait passé en Europe si la France avait gagné la bataille de Waterloo).

Il est également courant d’introduire un personnage qui va changer le cours de l'histoire ou de garder les mêmes personnages en modifiant le caractère de l’un d’entre eux (le gentil devient méchant par exemple).

La transposition

La transposition est un UA extrême qui ne garde que le minimum de l’œuvre de base.

Par exemple, les prénoms, le caractère des personnages et les évènement marquants de leur vie sont repris mais l’environnement est modifié (Harry Potter sans magie, Orgueil et Préjugés au XXème siècle).

Universe

Au contraire, certains auteurs gardent l'univers, mais inventent leur propre développement avec d’autres personnages, d’autres scénarios, voire d’autres lieux tout juste cités dans l’œuvre exploitée.

Certains de ces récits restent encore trop tributaires des inventions de l’auteur d’origine pour s’affirmer comme une œuvre indépendante mais d’autres pourraient constituer des récits originaux (non-fanfiction).

Dans ce dernier cas, l'auteur va jouer avec le lecteur en plaçant de nombreuses références et clins d'œil envers l'œuvre d'origine (citations, situations prises à contrepied). Mais parfois il se sert simplement de l’attachement à l’œuvre pour trouver des lecteurs ou utilise cet artifice pour avoir le droit de publier sur le site de fanfiction où il a déjà un public.

Crossover

Le crossover consiste à prendre des éléments dans deux œuvres différentes et les combiner.

C’est ainsi que Harry Potter peut venir rendre visite à Bella dans Twlight ou qu’un récit d’évasion de la prison sorcière Azkaban (Harry Potter) puisse rappeler furieusement l’intrigue haletante de la série Prison Break.

Romance non canon

On développe des couples en totale contradiction avec ce qui est indiqué dans l'œuvre. C’est un exercice très prisé qui consiste à rapprocher deux personnages qui sont à priori inconciliables tout en restant proche dans le canon, ce qui amène les auteurs à avoir beaucoup d’imagination et d’astuce pour convaincre les lecteurs qui ne sont pas a priori séduit par cette utilisation à contre-pied du canon.

Voyage dans le temps

Autre artifice régulièrement utilisé pour modifier la trame : les voyages dans le temps. Soit les héros vont dans le passé ou le futur, soit des personnages d’un autre temps s'invitent dans le récit.

Il est ainsi possible de narrer la rencontre de personnes qui n’auraient pu se voir selon la trame chronologique originelle et de développer toutes offertes par les paradoxes temporels.

Haut de page
<< Qui écrit et pour qui ?  | |   Personnages et thèmes >>

Dernière modification de la page : 11/04/2011

La plupart des textes se trouvant ici ont été gracieusement mis à ma disposition par leur auteur ou traduits à partir de textes publiés en ligne par ceux qui en détiennent les droits. Vous pouvez les citer mais vous devez impérativement indiquer l'auteur d'origine et/ou, le cas échéant, reprendre le lien que j'ai mis vers le texte original.
Dans la mesure du possible, merci de mettre un lien vers l'article plutôt que le recopier intégralement. Conformément à la législation, vous avez le droit de résumer ou de citer brièvement tout texte qui vous intéresse.
Toute utilisation des textes se fera selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Contrat Creative Commons