Accueil > Comprendre la fanfiction > A la découverte de la fanfiction >

<< Faire lire de la fanfiction aux ados  | |   Conclusion >>

Activités autour de la fanfiction

Faire écrire de la fanfiction aux ados

Les activités proposées sur la plate-forme de blogs Live-Journal donnent des exemples intéressants de la manière dont on peut travailler avec les fanfictions de manière ludique

Textes personnels

Présenter son œuvre préférée

S’approprier l’histoire

Ecriture collective

La fic à plusieurs mains

Définition : c’est un jeu d'écriture collective. Chaque participant écrit une partie de l’histoire.

La trame : elle peut être décidée à l’avance ou non, de manière minutieuse ou au contraire simplement indiquer les éléments à utiliser (personnes croisées, situations à développer).

Les tours : on peut décider un ordre et chacun prend son tour quand il arrive. Chaque participant peut alors n’intervenir qu’une seule fois (s’ils sont beaucoup) ou plusieurs fois (s’ils sont en nombre réduit). Il est également possible de ne pas prévoir d’ordre et que la personne qui se sent inspirée par le dernier passage indique qu’elle prend la main.

Le contenu : On peut simplement donner une longueur d’intervention indicative (tranche de trois ou quatre paragraphes, un chapitre entier) ou au contraire donner une longueur fixe (une vignette de 100 mots).

Le jeu de rôle (roman épistolaire)

Le principe : Chaque intervenant prend le rôle d’un des personnages de l’œuvre exploitée. Ils écrivent ensuite sous forme de lettres ou de mails qu’ils s’envoient entre eux et auxquels ils répondent en suivant la trame et tentant de correspondre au personnage qu’ils incarnent (caractère, langage, réactions).

Pour vivre avec son temps, on peut créer des comptes Twitter et développer une intrigue entre plusieurs personnages (langage SMS interdit, bien évidemment), ou imiter un mur d’un compte Facebook (modification du statut, description de photos, de courts récits postés.

La trame : Il est conseillé d’avoir une trame générale à suivre. Ensuite, les participants peuvent par petits groupes mettre au point des intrigues secondaires qui généreront des échanges particuliers entre eux.

Le contenu : les messages échangés doivent raconter ce que font les personnages et montrer les rapports entre eux.

Défis et jeux

Les défis permettent de créer des textes courts et de faire plancher les participants sur des projets équivalents. On peut ensuite faire lire à chacun le travail de ses camarades pour le noter et désigner un vainqueur à l’issue de l’évaluation.

Les thèmes

Imposer un thème ou une forme d’écrit stimule l’imagination et aide ceux qui ‘ne savent pas quoi écrire’. C’est aussi un défi que de travailler sur une idée qui n’inspire pas a priori.

Le principe : L'idée est d'imposer soit :

Proposition des thèmes : les thèmes peuvent être proposés par le maître de jeu ou inventés par les participants eux-mêmes (pour qu’ils soient utilisés par les autres).

Ils peuvent se présenter sous forme d’idées, d’une photo (capture d’écran d’un épisode d’une série, d’un animé)…

Ils peuvent également être la conséquence du thème précédent : réponse à une lettre, réincarnation d’un personnage dont on a fait l’éloge funèbre, continuer la scène commencée…

Brochette de concepts : les participants donnent un ami, un amant, un objet, un ennemi, un lieu et une activité. On numérote chaque réponse. Ensuite, chaque membre demande un numéro de chaque catégorie au hasard pour écrire.

Brochette de mots : indiquer un nombre correspondant à une page de dictionnaire et un autre nombre correspondant au mot dans la page (le 12° mot par exemple). Ecrire une vignette à partir de ce mot.

Attribution du thème : le choix peut être fait par les participants qui prennent ce qui les inspire le plus ou attribué par hasard.

Utilisation du thème : le thème doit être adapté à l’œuvre exploitée et en plus des contraintes du défi, les personnages et les situations développés doivent être cohérents avec l’œuvre.

Les variations

Le principe : on garde l’idée de base mais on la réécrit plusieurs fois en faisant varier certains éléments.

Les vignettes (drabbles)

Le principe : composer un texte court avec un nombre de mots imposés : 100, 200, 500. On peut décider qu’une marge de 10% est acceptée ou au contraire imposer que le nombre de mots soit parfaitement exact.

C'est un bon exercice pour réfléchir au sens des mots, trouver des expressions, peser chaque terme.

Le contenu : pour faciliter la mise en place, on peut donner un thème à traiter (voir plus haut)

Mots à placer

Le principe : on donne une liste de mots, si possible qui n'ont rien à voir les uns avec les autres (entre 5 et 10) et les participants doivent les caser dans le texte. On peut en profiter pour donner des mots inusités à chercher dans le dictionnaire.

Haut de page
<< Faire lire de la fanfiction aux ados  | |   Conclusion >>

Dernière modification de la page : 11/04/2011

La plupart des textes se trouvant ici ont été gracieusement mis à ma disposition par leur auteur ou traduits à partir de textes publiés en ligne par ceux qui en détiennent les droits. Vous pouvez les citer mais vous devez impérativement indiquer l'auteur d'origine et/ou, le cas échéant, reprendre le lien que j'ai mis vers le texte original.
Dans la mesure du possible, merci de mettre un lien vers l'article plutôt que le recopier intégralement. Conformément à la législation, vous avez le droit de résumer ou de citer brièvement tout texte qui vous intéresse.
Toute utilisation des textes se fera selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Contrat Creative Commons