Accueil > Les études menées sur la fanfiction > Nouveaux auteurs, nouveaux lecteurs >

<< Nouveaux auteurs, nouveaux lecteurs  | |   Les auteurs de fanfiction >>

Les fanfictions
Un renouvellement du statut d'auteur et des habitudes de lecture

Par Solène Boulay, Guillaume Maroquène et Candice Roger
----
Master 1 Information et Communication
Spécialisation Métiers du Livre, mention Édition

Qu’est-ce que la fanfiction ?

Les fanfictions sont des histoires écrites par des fans d’un roman, d’une série télévisée, d’un film… qui prolongent l’œuvre, la modifient, la croisent avec d’autres œuvres ou d’autres genres. En d’autres termes, le fan se réapproprie les personnages et l’histoire d’une œuvre et la livre à son imagination. Dans une fanfiction, on peut donc voir Harry Potter se battre contre Aragorn du Seigneur des Anneaux ou faire mourir Bella de Twilight avant qu’Edward ne la transforme en vampire et ne puisse ainsi faire un happy-end telle que l’œuvre première est construite. À la frontière du Web, du jeu vidéo, du roman, du manga, de la BD et du cinéma, on assiste avec le support numérique à une véritable sphère expérimentale qui est susceptible de devenir une passerelle à des ateliers d’écriture ou susciter des vocations pour l’écrit, voire, inspirer la sphère culturelle elle-même.

Origines de la fanfiction

Mais la fanfiction est loin d’être un phénomène nouveau, c’est même quelque chose auquel chacun a dû s’adonner au cours des siècles tant les matériaux nécessaires pour produire une fanfiction sont minces : un matériau scénaristique de base et sa propre imagination.

Historiquement, il faut donc remonter au XIXe siècle pour voir le premier événement « fanfictionnel » influer profondément la vie littéraire de l’époque. En effet, lorsque Conan Doyle décida de tuer son héros Sherlock Holmes, figure littéraire extrêmement populaire à l’époque, il déclencha l’ire de milliers de fans du détective imaginaire qui, en plus de réclamer sa résurrection, n’attendirent pas que Conan Doyle sorte Sherlock Holmes de sa tombe pour le faire eux-mêmes et envoyer leurs fanfictions à l’auteur. Et c’est touché par l’amour pour leur héros favori et leur imagination débordante que Conan Doyle fit finalement ressusciter Sherlock Holmes.

Il existe d’autres exemples tels que celui-ci dans la sphère littéraire. L’écrivain Henri Jerkins, spécialiste des communautés de fans (couramment appelé les « fandoms », fusion de « fan » et de « kingdom », littéralement « royaume des fans »), fixe l’origine des fanfictions à partir de la série télévisée Star Trek, dont l’arrêt a conduit les fans à rédiger des suites publiées dans des fanzines (contraction de « fan » et de « magazines »).

De nos jours, il s’élabore autour de films, mangas, romans, séries TV, tout un circuit de fans qui réécrivent pour combler les manques de l’histoire, élaborent des hypothèses… Internet a depuis peu permis à une vraie communauté de « fanfictionneurs » de se créer et d’élargir considérablement leur lectorat.

Haut de page

Ecriture créative

Afin de compléter au mieux cette description de la fanfiction il est utile de préciser plus en détail les notions de « fan » et « écriture créative ».

Les fans s’apparentent le plus souvent à une communauté d’admirateurs qui vivent un rapport profond avec le produit culturel qu’ils affectionnent. Ce rapport peut aussi être cultivé au sens où les fans peuvent faire quelque chose de ce produit culturel en faisant converger divers supports tels que les livres, les jeux vidéos, les séries télévisées, le cinéma. Cet exemple s’applique particulièrement pour le fan de mondes imaginaires et fantastiques. Concernant l’écriture créative, celle-ci opère, dans le cadre de la fanfiction, un décloisonnement dont la France ne bénéficie pas encore en matière d’écriture. En effet, en France l’écriture est considérée comme une affaire sérieuse, les écrivains seuls font de la littérature ; durant la scolarité, on peut pratiquer « l’écriture d’invention », pour le reste on en revient à la pratique amateur que l’on exerce chez soi. Cela dit, il existe depuis quelques années des ateliers d’écritures encadrés par de vrais écrivains, c’est une activité très pratiquée aux Etats-Unis et de grands écrivains, tel que John Irving, encadrent ces cours ou certains auteurs de fanfictions sont engagés pour travailler en tant que scénaristes de séries TV.

Haut de page

Les règles du jeu des fanfictions

La fanfiction part du simple concept affirmant que tous les créateurs de fiction ont des modèles et sont en premier lieu des lecteurs ou des spectateurs avant d’être des inventeurs. Elle opère à notre époque moderne comme une alternative au journal intime, un moyen de projeter son imagination plus facilement en appliquant ses envies, fantasmes à la trame originelle. De par son étroite similarité avec le mode du journal intime, la fanfiction est un genre presque exclusivement privilégié par les adolescentes dont les intérêts culturels sont variés et portent sur une multitude de supports.

Ainsi, il n’est donc pas rare que l’auteur d’une fanfiction sur l’univers d’Harry Potter crée une autre fanfiction sur l’univers du manga shôjo Marmalade Boy ainsi qu’une troisième prolongeant l’univers de Buffy contre les vampires.

Voir son œuvre livrée à l’imagination de tout fan peut-être relativement traumatisant pour un auteur qui peut y voir sa propre création livrée en pâture à un public avide d’en fouiller et modifier les moindres recoins. Certains auteurs se sont longtemps opposés aux fanfictions avant de finir par faire des concessions et de les accepter moyennant certaines règles.

Les fanfictions sont catégorisées selon plusieurs particularités. Tout d’abord nous allons parler des univers, et ensuite du texte en lui-même et de sa forme.

Haut de page

Les univers

Les univers sont ce à quoi s’identifie directement l’auteur de fanfiction. Une fois le clavier devant lui, celui-ci peut modifier le contenu des œuvres qui l’ont inspiré.

Le cross-over
C'est le fait de mêler plusieurs univers fictionnel (ex : Harry Potter rencontre Le Seigneur des Anneaux)
L’univers alternatif
Fait évoluer des personnages connus dans un univers qui n’est pas le leur (Harry Potter au Moyen Age)
La deathfic
Qui fait mourir le personnage principal
La songfic
Se caractérise par l’écriture au rythme d’une chanson
Le préquelle
Qui raconte ce qui s’est déroulé avant l’histoire originale (il existe de nombreuses fanfictions sur les parents d’Harry Potter)
La déviation
Imaginer ce qui se serait passé si un événement ne s’était pas produit…
Haut de page

Le texte

Le texte peut prendre certaines formes spécifiques :

le one shot
est un court récit qui ne connaîtra pas de suite
Le self insert
Permet à l’auteur de se mettre en scène
le pairing
de créer des couples qu’on aimerait voir se former au cours de l’histoire
le slash
met à jour des relations homosexuelles entre les personnages (par exemple dans les séries Star Trek ou Xena princesse guerrière), etc.

Il s’agit alors d’une personnalisation poussée de leur héros préférés. Les fanfictions ne sont pas seulement une « pratique dégradée du champ littéraire établi », ils sont aussi un mode d’expression de soi, de construction d’une identité dans l’interaction avec des lecteurs. Le genre fanfiction peut alors se définir comme un texte en interaction direct avec son lectorat.

Haut de page

Le rapport œuvre-fan

Le succès sans cesse croissant des fanfictions montre clairement un phénomène de réappropriation de l’œuvre par les fans. À la base, l’auteur, le scénariste, le producteur, crée une œuvre qu’il diffuse à un public dont jusqu’à présent l’interaction était relativement faible : si le public aime, il consomme, sinon il ne consomme pas ce qui lui est proposé.

Un rapport plus étroit

Or, la fanfiction échappe à la règle du marché puisque les fans d’une œuvre ont la possibilité de s’approprier l’œuvre première et de la modifier à leur guise.

Les fanfictions engendrent donc un rapport plus proche entre les fans et les œuvres qui considèrent ces mêmes réalisations comme des ressources pour stimuler leurs propres imaginations. Cela amène souvent les fans à porter sur les feuilletons et les scénarios des regards de curieux et de critiques, l’œil du fan devient donc davantage créatif et s’éloigne de la simple action consumériste.

Un rôle plus actif

En réalité l’appropriation de l’œuvre par les fans est un phénomène actif, c’est une manière de prolonger l’univers fictionnel. Souvent, en premier lieu, les fans relisent ou révisent les œuvres plusieurs fois, ils se repassent en boucle leurs passages favoris ; mais vient un moment où cela ne suffit plus, l’univers s’arrête aux frontières du livre qui se referme, au « The End » du film ou du dernier épisode de l’ultime saison de la série télévisée.

C’est ici qu’intervient Internet qui permet aujourd’hui aux fans d’une œuvre de se retrouver, de communiquer sur leur passion commune et d’échanger leurs points de vue par le biais de forums et de sites spécialisés, de blogs… Les fans en viennent donc à connaître leur œuvre de prédilection sous toutes les coutures, cherchant sans cesse des ramifications à cet univers fictionnel qu’ils ne veulent pas quitter, c’est pour cela que les auteurs de romans comme la saga pour jeunes filles Twilight de Stephenie Meyer sont extrêmement connus des fans qui s’intéressent de très près à leur vie, à leur manière d’écrire, à leurs autres œuvres s’il y en a…

Haut de page

Le cas Twilight

Pour le cas de Twilight, le phénomène de fanfiction a largement été influencé par le fait que l’auteur avait promis un énième tome dans l’univers d’Edward et Bella. L’histoire devait se répéter encore mais cette fois, du point de vue d’Edward. Mais l’auteur s’est par la suite ravisée et le livre n’est donc toujours pas sorti, ce qui a déclenché l’impatience de nombreux fans (Twilight est une série destinée uniquement à un public de jeunes filles) qui ont démarré pour la plupart leurs propres fanfictions en reprenant ce principe de départ.

Internet, espace de partage

Par divers « bricolages », selon le principe de Michel de Certeau, les fans cherchent à prolonger et surtout partager leurs expériences de lecture. Internet offre aujourd’hui l’espace nécessaire à ce type d’expression.

Haut de page

Un mot sur l’univers dans la fanfiction

Emprunt aux littératures de l'imaginaire

Il est intéressant de noter que l’univers fanfictionnel emprunte quasi-exclusivement à un genre qui est celui des littératures de l’imaginaire. Si l’on y réfléchit cela paraît logique : la fantasy est le genre le plus ancien, l’introduction de phénomènes magiques ou merveilleux dans un univers donné existe depuis les contes oraux que les tribus primitives de la préhistoire se transmettaient. Le fantastique, quant à lui, a toujours été présent avec, pour exemple, les diverses affaires des sorcières de Salem au XVIIIe siècle. La science-fiction, enfin, constitue une projection vers le futur.

Ces trois sous-genres de l’imaginaire ont la particularité de pouvoir créer entièrement des mondes débarrassés de toute réalité, cette même réalité que la majorité des adolescents rejettent, déçus par ses perspectives et possibilités trop limitées. Les genres de l’imaginaire puisent donc leur force d’attraction de leur capacité à se démarquer complètement d’une réalité jugée trop morne.

Le renouveau de l'imaginaire

Un deuxième point serait de dire que « l’imaginaire autorise l’imagination », ces genres trop souvent délaissés et injustement dévalorisés par rapport à la « vraie littérature » sont souvent restés sans publics réels hormis certains petits groupes de fans. Or, depuis, certaines idées et œuvres ont fait leur chemin, et le succès de saga comme le premier film d’Harry Potter de Chris Colombus en 2001 ou le début de la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson ont permis à toute une génération de découvrir un genre pas encore approprié par un public spécifique, ce qui a permis l’appropriation des genres de l’imaginaire qui se coulent d’années en années dans la culture adolescente et des jeunes adultes (la dernière enquête de Livres Hebdo sur les pratiques de lecture des 18-30 montrait que l’imaginaire était, et de loin, le genre préféré des jeunes français).

Haut de page
<< Nouveaux auteurs, nouveaux lecteurs  | |   Les auteurs de fanfiction >>

Dernière modification de la page : 11/04/2011

La plupart des textes se trouvant ici ont été gracieusement mis à ma disposition par leur auteur ou traduits à partir de textes publiés en ligne par ceux qui en détiennent les droits. Vous pouvez les citer mais vous devez impérativement indiquer l'auteur d'origine et/ou, le cas échéant, reprendre le lien que j'ai mis vers le texte original.
Dans la mesure du possible, merci de mettre un lien vers l'article plutôt que le recopier intégralement. Conformément à la législation, vous avez le droit de résumer ou de citer brièvement tout texte qui vous intéresse.
Toute utilisation des textes se fera selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Contrat Creative Commons