Accueil > Les études menées sur la fanfiction > Nouveaux auteurs, nouveaux lecteurs >

<< Les auteurs de fanfiction  | |   Conclusion >>

De nouvelles pratiques de lecture

Par Solène Boulay, Guillaume Maroquène et Candice Roger
----
Master 1 Information et Communication
Spécialisation Métiers du Livre, mention Édition

Une nouvelle forme de texte

Nous l’avons vu précédemment, les auteurs de fanfictions s’inspirent de livres, de films, de séries pour écrire leurs textes. Cette réappropriation et cette réécriture de l’histoire originale forment un procédé textuel d’identification de l’auteur. Débutant souvent l’écriture en pleine adolescence, cela lui permet de trouver sa place dans une société virtuelle basée sur une réalité qu’il connaît et aime à faire partager.

Mais ces nouveaux auteurs ont aussi défini une nouvelle façon d’écrire et donc une nouvelle forme de texte. Car si écrire relève toujours des mêmes procédés (ajouter, supprimer, déplacer), les auteurs de fanfictions ont dû s’adapter à leur support de publication de prédilection qu’est l’Internet. Ainsi, les textes sont bien souvent publiés chapitre après chapitre, avec un rythme plus ou moins régulier. Certains ne publient qu’au gré de leur inspiration latente quand d’autres se tiennent à la publication d’un chapitre par semaine sur leur histoire en cours.

Pour la première catégorie, la lenteur de publication de certains auteurs entraîne, comme dans le monde de l’édition papier, des mécontentements et parfois même une certaine forme d’agressivité de la part des lecteurs qui oublient que, majoritairement, leurs auteurs préférés ne publient pas sur Internet pour eux, mais avant tout pour se faire plaisir et partager leur passion. Certains n’hésitent donc pas à retirer des sites leurs histoires et à quitter l’univers des sites de regroupement pour passer sur des sites personnels.

Ce changement de lieu de publication entraîne parfois des changements radicaux dans la façon d’écrire de ces auteurs qui vont alors se tourner vers la publication d’histoires originales désignées dès lors sous le nom de fiction. C’est là un nouveau pas vers le monde de l’édition papier car, bien que souvent largement inspirée de leurs univers favoris, l’effort d’invention est bien présent et relève pleinement du travail d’écrivain.

C’est notamment le cas de Myschka qui, après avoir publié pendant plusieurs années sur divers sites tel que Fanfiction.net, a finalement quitté les fandoms et s’est consacrée à l’écriture de romans. Son site personnel regroupe ses textes deux catégories (romans et fanfictions). Il semblerait donc qu’au-delà de la simple fanfiction, les récits originaux deviennent à leur tour des sources propres à la création de communauté.

Mais ces publications par chapitre, qu’elles soient régulières ou non, « fanatisées » ou non, nous renvoient en réalité à un genre littéraire qui eut son succès avec le développement de la presse au XIXe siècle : le feuilleton. Car un élément important est à prendre en compte concernant le lectorat de fanfictions : il grandit et ne va pas forcément lire les mêmes choses alors que les années passent.

Haut de page

Nouvelles technologies : les smartphones pour lire partout

Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui un accès à la lecture bien plus rapide et simple qu’auparavant. L’e-book commence à prendre une place importante dans les salons et les foires consacrés aux livres, mais il reste encore onéreux et la lecture n’en est pas toujours agréable.

Depuis la sortie de l’iPhone, de nouveaux espoirs se fondent aujourd’hui sur le potentiel non négligeable des smartphones. Du téléphone portable d’Apple aux HTC de Google Android, les écrans se font plus larges et leur tactilité les rend maniables et navigables sans grande difficulté.

Une société semble déjà avoir entrevu le réel potentiel que représente ce type de téléphones. Le site Smartnovel.com propose depuis plusieurs mois une application pour iPhone permettant aux utilisateurs de télécharger, chapitre après chapitres, les histoires d’auteurs qui, intéressés par le projet, ont accepté d’y participer. Ces téléchargements ne sont pas gratuits, les conditions de rémunération des auteurs en France étant assez stricte, mais cette remise au goût du jour du format du feuilleton n’est pas sans donner des idées de futur aux auteurs de fanfictions.

« Cela fait des mois que je suis de près l’actualité des smartphones pour voir quand une application sortira pour me permettre de publier depuis mon iPhone, confie Fa. Sur ce téléphone, il y a aujourd’hui de quoi écrire mes textes quand je suis dans les transports, alors devoir attendre parfois d’être rentrée à la maison, de les copier sur mon ordinateur pour ensuite les publier, c’est une perte de temps. »

Mais la révolution pourrait venir du tout récent iPad, d’Apple toujours. Avec son écran rivalisant avec l’espace proposé par une page de livre, les possibilités d’accès à plusieurs centaines d’œuvres tombées dans le marché public (mais en anglais) et sa maniabilité, il ne serait pas étonnant de voir de nouveaux concepts d’écriture naître de ces nouvelles technologies.

Sans compter que, depuis quelques mois, cette nouvelle génération de téléphones s’est rapidement installée dans les habitudes de consommation des Français. Nous avons pu constater au cours des mois passés que beaucoup d’usagers des transports en commun utilisaient dorénavant leur téléphone mobile pour écrire de courtes notes ou des textes plus longs, mais aussi pour consulter des articles sur Internet, voire même de courtes nouvelles.

« Depuis que j’ai mon smartphone, j’ai une page Internet ouverte constamment sur un site de fanfictions français. Cela me permet de suivre l’actualité de mes auteurs préférés et de lire leurs dernières publications là où j’ai du temps à perdre : les transports en commun, » témoigne Émilie.

Les smartphones font donc émerger une nouvelle pratique de lecture de la part de ces fans de fanfictions, le plus souvent tenus au courant des publications par alertes mail ; mails qu’ils peuvent également consulter n’importe où, n’importe quand. Ce gain de temps semble être un des chevaux de bataille des lecteurs qui, même s’ils adorent lire, confient bien souvent aux auteurs leur désarroi face à leur impossibilité de toujours suivre le rythme de publication. « Cela fait des mois que je n’avais rien pu lire concernant ton histoire, par manque de temps à cause du travail et des cours, mais maintenant que j’ai mon nouveau téléphone, je me suis rattrapée et ai lu la quarantaine de chapitres que j’avais en retard en seulement quelques jours. Vive la technologie ! » a écrit Shima-chan.

Haut de page

Analyse d’un lectorat particulier : celui de l’auteur Alixe

Ce dernier commentaire nous amène par ailleurs à nous interroger plus avant sur le type de lecteurs qui lisent des fanfictions. Sont-ils assidus et fidèles ? Se cantonnent-ils à un domaine de fanfictions ou lisent-ils des textes se rattachant à plusieurs fandoms ? Comment en sont-ils venus à découvrir tel ou tel auteur ?

Portrait d'une auteure

Nous tenterons de répondre à ces questions en nous appuyant sur un panel assez restreint : celui des lecteurs des histoires d’Alixe, auteur référencée sur le site américain Fanfiction.net et connue sur le fandom français de Harry Potter pour ses textes de qualité. Inscrite sur ce site depuis mars 2004, Alixe a à son actif dix histoires basées sur l’univers d’Harry Potter. Sur sa page de présentation, on apprend qu’elle a une quarantaine d’années, qu'elle est mère de famille et a un goût prononcé pour les univers fantastiques et de science fiction.

Très investie dans le domaine de la fanfiction, elle n’a pas hésité à créer un mode d’emploi en français sur le fonctionnement du site Fanfiction.net sur lequel elle publie et participe à de nombreuses communautés, notamment une pour promouvoir la communication et l’échange entre les lecteurs et les auteurs, le Front d’Incitation aux Commentaires.

Femme active, elle a néanmoins trouvé le temps de publier de très nombreux chapitres : sur ses dix histoires, on compte un total de 205 chapitres. Nombre de ses histoires forment des « arcs », c’est-à-dire des sagas se basant sur les mêmes données de départ. Ainsi, on peut regrouper :

Sur son site personnel, Alixe explique et commente sa manière d’écrire, pourquoi elle préfère prendre de l’avance entre les chapitres écrits et ceux publiés, mais aussi comment elle met en place tout un système de statistiques pour visualiser son avancée chapitre par chapitre.

Sondage sur la composition de son lectorat

Récemment, elle a par ailleurs eu la curiosité de poser deux questions à ses lecteurs : comment sont-ils arrivés à lire ses textes et depuis combien de temps suivent-ils ses publications ?

Au vu du nombre de chargements des pages de ses chapitres, Alixe évalue le nombre de ses lecteurs à plus de 1000 sur le site de Fanfiction.net, 200 sur Encrier.org, au moins 350 sur HPFanfiction et entre 50 et 100 sur Poudlard.org. Au total, on arrive donc à près de 1600 lecteurs réguliers sur sa saga en cours.

Son sondage a obtenu 277 réponses au 01 mai 2010, réparties ainsi :

Question A : Comment m’avez-vous connue ?

stats_ou

Question B : Quand avez-vous commencé à me lire ?

stats_quand

Le rôle des recommandations

Avec près de 60% des votants ayant connu Alixe par les nouveautés du site, dont plus de la moitié grâce aux histoires favorites de leurs auteurs préférés, il est évident que le rôle de la communauté est important dans le monde de la fanfiction. Ainsi, si un auteur plaît, le lecteur consulte les fanfictions qu'il a apprécié et s’oriente vers de nouvelles lectures susceptibles de lui convenir. La possibilité pour chaque lecteur de marquer ses histoires de prédilection joue donc un grand rôle dans la « notoriété » des auteurs du fandom.

Alixe relève ainsi le fait que 660 usagers du site l’ont signalée dans leurs auteurs favoris et que sa fanfiction Les Survivants (saga en cours) est recommandée par 238 lecteurs quand Mon sorcier bien aimé, publiée trois ans plus tôt, en rallie 334.

On remarque également que 20% des lecteurs l’ont connue sur d’autres sites de publication. Elle explique ce chiffre assez élevé par la fermeture de nombre de ses sites depuis qu’elle a commencé à publier et un grand nombre de ses lecteurs l’ayant retrouvée sur Fanfiction.net ont continué à la suivre.

Un lectorat fidèle

Pour plus de 40% de son lectorat, cette fidélité dure depuis au moins cinq ans ! On note cependant que 22% des personnes ayant voté lisent les publications d’Alixe depuis ses débuts en 2004. Elle-même en est très surprise car pensait que le lectorat de Fanfiction.net s’était beaucoup renouvelé ces dernières années.

On observe cependant une importante baisse dans l'arrivée de nouveaux lecteurs entre 2005 et 2007, période où elle n'a pas publié de façon continue : il plusieurs mois de silence entre la publications de L’Autre, Le choix de Voldemort et La déclaration de guerre. Un rythme de parution régulier et soutenu dans la durée semble influer directement non seulement sur le passage des lecteurs connaissant déjà l'auteur mais aussi sur sa visibilité au milieu de toutes les autres publications

Conclusion

Au terme de cette petite analyse, on peut donc dégager deux conclusions sur les comportements des lecteurs de fanfictions :

Bien évidemment, une étude plus poussée auprès du lectorat d’autres auteurs de fanfiction aurait permis d’établir les habitudes de lecture d’un plus large panel de lecteurs.

Haut de page
<< Les auteurs de fanfiction  | |   Conclusion >>

Dernière modification de la page : 11/04/2011

La plupart des textes se trouvant ici ont été gracieusement mis à ma disposition par leur auteur ou traduits à partir de textes publiés en ligne par ceux qui en détiennent les droits. Vous pouvez les citer mais vous devez impérativement indiquer l'auteur d'origine et/ou, le cas échéant, reprendre le lien que j'ai mis vers le texte original.
Dans la mesure du possible, merci de mettre un lien vers l'article plutôt que le recopier intégralement. Conformément à la législation, vous avez le droit de résumer ou de citer brièvement tout texte qui vous intéresse.
Toute utilisation des textes se fera selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Contrat Creative Commons