Accueil > Comprendre la fanfiction > Les chroniques de Zakath Nath >

<< Pétunia  |

Le chaudron bouillonne

Par Zakath Nath

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les fanfictions Harry Potter sans jamais avoir osé le demander

Les Mary-Sue

Écrire une fanfiction implique en général de faire vivre des personnages nés de l'imagination d'un autre auteur, et le challenge est de leur rendre justice en restant fidèle à leurs traits de personnalité (à moins d'avoir des intentions parodiques ou que seul le nom ou l'apparence du personnage intéresse et qu'on ne va pas s'embarasser du reste, hein, là où y'a de la gène, y'a pas de plaisir).

Cela étant, l'auteur de fanfics a parfois besoin d'introduire des personnages originaux, sortis tout droit de son imagination fertile. C'est là, que le danger pointe son nez, rampant insidieusement, tel un... Bon, imaginez un truc rampant insidieusement, ça ira. J'ai nommé Mary Sue, le personnage féminin original sans doute responsable de tous les maux de la Terre (enfin, peut-être pas).

Oui, vous n'avez pas pu butiner sur un site de fanfictions sans tomber sur la tristement célèbre Mary Sue, fille parfaite au passé mystérieux dont tous les mecs tombent amoureux.

Origine

Le terme de Mary Sue est apparu pour la première fois en 1973 sous la plume d'une certaine Paula Smith, qui a inventé le personnage pour paroder certains récits de fans de Star Trek mettant en scène des personnages idéalisés à l'extrême, au point d'en devenir irréalistes. Ce nom est désormais entré dans la légende, et vous savez sans doute déjà tous de quoi il s'agit.

Lire l'interview de Paula où elle explique tout cela et raconte la fanfiction de cette époque

Description

Dressons un profil, pas forcément exhaustif, néanmoins, pour les chanceux qui n'ont jamais croisé la route de la donzelle:

Mary Sue, donc, a un physique parfait. Il peut varier selon les auteurs, naturellement, ceux-ci ayant des goûts différents. Mais bon, elle est la plupart du temps grande, mince (si les fanfictions dataient du XIXe siècle, elles seraient autrement mieux en chair) avec une chevelure digne d'une pub l'Oréal (choix de la couleur libre. Elles y passent toutes, Tonks et ses cheveux roses peuvent aller se rhabiller!). Ce physique de rêve est décrit avec nombre de détails, et ce plusieurs fois, pour que le lecteur comprenne bien que c'est une bombe.

Mary Sue a un QI de 290. Elle en sait autant qu'Hermione, sinon plus, même si elle a l'air de lire beaucoup moins et cite rarement ses sources. Elle doit connaître autant de sorts que Dumbledore, sinon plus, que ce soit en magie blanche ou noire. Dans le cas où mary-Sue est une élève, on est en droit de se demander pourquoi elle n'a pas passé ses Aspics à l'âge de 5 ans. Lors de son premier cours de potion, Rogue va d'entrée chercher à la coincer sur ses connaissances, mais elle aura réponse à tout, et montrera même qu'elle en sait encore plus que Rogue, dans ta face, Rogue.

Mary Sue n'est pas répartie n'importe où. Élève, elle a l'âge d'Harry dans l'histoire. Si on écrit un pseudo tome 6, elle entre en sixième année, si c'est un tome 7, elle entre en septième année, etc. Elle vient parfois de Durmstrang, parfois d'ailleurs (mais d'où sort-elle? Il y a une réponse toute prête à ce genre de questions, mais c'est trop vulgaire pour que je le marque ici). Elle passe donc la cérémonie du Choixpeau. En général, elle est envoyée à Gryffondor, presqu'aussi souvent à Serpentard, très rarement à Serdaigle et sans doute jamais à Poufsouffle (je peux me tromper).

Mary Sue a un caractère de cochon, pardon, une personnalité bien affirmée. Si Drago, Harry ou un autre lui pose trop de questions ou lui fait une remarque désagréable, elle l'enverra sur les roses sans ménagement. Mais comme par ailleurs, Mary Sue a la distinction d'une duchesse, elle s'abstiendra de sortir un "J'tai cassééé", geste et rire bête pour ponctuer le tout.

Mary Sue a un passéééé mystérieeuuux. Orpheline, à moins qu'elle ne soit la fille de Voldemort ou de Rogue (elle peut ou peut ne pas être au courant) de Mangemorts connus ou non, ou d'anciens membres de l'Ordre, connus ou non. Elle est parfois la soeur cachée d'Harry. Plus rarement celle de Drago. Jamais celle de Ron, bien que Molly et Arthur soient les parents de la moitié de la population du Royaume-Uni d'après le dernier ressencement du Ministère de la Magie.

Mary Sue, bien que tout le monde veuille sa peau, survit parfois jusqu'à l'âge adulte. Elle ne devient pas alors élève, mais professeur (en général, de Défense contre les Forces du Mal). S'ensuit alors une folle passion avec le seul professeur masculin qui n'ait pas passé l'âge d'être arrière-grand-père. Je parle évidemment de Severus Rogue. Bien sûr, ils se détestent au départ, mais l'amooouuur va naîîître. Bon, ça c'est dans le cas où l'auteur aime Rogue. Si l'auteur ne peut pas se l'encadrer, il ou elle introduira Lupin ou Sirius à Poudlard, à un poste quelconque, genre Gouverneur des Carpes Royales.

Mary Sue a souvent un nom à coucher dehors.

Quand Mary Sue apparaît camouflée...

Il y a aussi le cas, bien sûr, où les personnages du livre deviennent eux-mêmes des Mary Sue ou des Gary Stu, les auteurs, étant fans de ces personnages, n'arrivant pas à être suffisamment objectifs pour faire entrer en ligne de compte des défauts pourtant flagrants dans les romans: qui n'a jamais lu de fics avec une Hermione devenue une bombe sexuelle, prêtresse du sexe et de la débauche, mais menant, parallèlement à une vie sentimentale débridée des recherches très pointues sur de nouvelles formes de magie? Cette Hermione là est souvent plus Mary Sue que Mary Sue elle-même! Pareil pour Rogue l'Apollon, Sirius qui après douze ans à Azkaban est frais comme une rose, etc. Pas la peine de vous cacher, les Gary Stu, on vous a reconnu!

Conclusion

Notons pour être juste, que les personnages féminins ne sont pas les seules victimes de ce phénomène. Bien que plus rares, les personnages masculins de même type apparaissent aussi. On les appelle des Marty Stu ou des Gary Stu.

Bien sûr, un Mary Sue n'est pas synonyme de mauvaise fic pour autant. Si l'auteur a un bon style, une histoire intéressante, ou même que la Mary Sue a quelques traits originaux, on peut très bien apprécier.

Haut de page
<< Pétunia  |

Dernière modification de la page : 21/09/2011

La plupart des textes se trouvant ici ont été gracieusement mis à ma disposition par leur auteur ou traduits à partir de textes publiés en ligne par ceux qui en détiennent les droits. Vous pouvez les citer mais vous devez impérativement indiquer l'auteur d'origine et/ou, le cas échéant, reprendre le lien que j'ai mis vers le texte original.
Dans la mesure du possible, merci de mettre un lien vers l'article plutôt que le recopier intégralement. Conformément à la législation, vous avez le droit de résumer ou de citer brièvement tout texte qui vous intéresse.
Toute utilisation des textes se fera selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Contrat Creative Commons