Accueil > Comprendre la fanfiction > La Fanfiction expliquée à ma mère >

<< Introduction  | |   La Maison Mère >>

Petit guide à l’usage des mères dont les filles écrivent des fanfictions

Par Vert

I : Généralités

Où l'on essaye vainement de donner une définition claire et simple du procédé
Où l'on effectue une rapide étude du phénomène
Et où l'on met tout de suite les choses au point sur la question de la légalité

Qu’est ce qu’une fanfiction ?

En voilà une question essentielle, qui travaille sans doute l'esprit de toutes les personnes en train de lire ce texte (les autres, passez à la partie suivante). Bizarrement, ce mot parle tout de suite à une certaine catégorie de personnes, et pas du tout à d'autre. Pour mieux le comprendre, décortiquons-le :

Fanfiction est un mot directement importé des pays anglophones (d'où provint sans aucun doute cette pratique de la fanfiction), ce qui explique ses multiples prononciations, entre le pur français, le pur anglais, et (version la plus souvent utilisée) le mélange savant des deux.

Fanfiction se compose de deux mots assemblés : " fan " et " fiction ". Ces deux termes sont anglais, mais en même temps, vu qu'ils se traduisent tout ce qu'il y a de plus littéralement en français. On obtient donc, en consultant le petit Larousse :

Fan : n. (mot angl., abrév. de fanatic) Admirateur enthousiaste de quelque chose ou quelqu’un.

Fiction : n. f. Création, invention de choses imaginaires, irréelles ; oeuvre ainsi crée.

Si l'on admet qu'entre les deux mots en anglais se cachait certainement un lien de nom à complément du nom (le CDN, voyons, les cours de Français ne sont pas si loin que ça !), une fanfiction est, si l'on traduit de manière littérale et simple : une histoire de fan.

Non, non, ça ne consiste pas à raconter sa vie de fan par écrit. Ca n'a pas de sens alors, me dites-vous ? Et si je vous dis histoire écrite par un fan ?

Haut de page
En quoi un fan est-il différent de n'importe qui d'autre écrivant une histoire ? Ah, vous commencez à voir le problème.

Oui car un fan, comme l'indique si bien la définition ci-dessus, a des passions. Ce peut être un chanteur (Laurent Voulzy par exemple), un acteur (Romain Duris pour ne citer personne), un peintre pourquoi pas (Bonnard, quand tu nous tiens)… Mais aussi, et surtout, la passion pour un vaste univers, qu'il soit cinématographique, littéraire ou autre.

Et pour ne citer que des exemples évidents : Harry Potter, Star Wars et le Seigneur des Anneaux, qui sont en quelque sorte la Sainte Trinité des domaines de fanfictions.

Pour les parents perdus, je tiens à rappeler que l'on peut repérer un enfant fan à différents détails : il parle une langue qu'on ne comprend pas (" Saleté de moldu ! Je vais te découper en rondelles avec mon sabrolaser si tu essayes encore de me faire manger ces affreux lembas ! "), il tapisse sa chambre de posters sur son héros favori du sol au plafond (compris), il lit beaucoup mais toujours sur le même sujet, il vous fait acheter des dizaines de boites de céréales pour avoir les cadeaux à l'intérieur… Et ceci n'est qu'un échantillon.

Donc, nous avons de grands domaines hautement appréciés par les fans… Et qu'en font-ils, ces fans, ils écrivent là-dessus. Pour faire simple, ils racontent des histoires dans leur cadre favori (Poudlard, par exemple), avec leurs personnages favoris (Harry, Hermione, et toute la clique…).

Et que racontent-ils ?

Mais des tas de choses voyons ! Des choses qui étaient mais qui n'ont jamais été racontées dans les livres, des choses qui y sont, mais d'un point de vue différent, des choses qui seront peut-être, mais n'ont pas encore été écrites, des choses qui ne se seront surtout pas mais qu'on écrit quand même, et même… des choses qui seraient si certaines choses avaient été différentes

Et avant que vous ne posiez la question (enfin dans ton cas, c'est déjà fait maman !), il ne s'agit pas d'une vulgaire copie ou d'un pastiche (histoire d'être un peu plus diplomate). Certes les personnages et l'univers, le fan ne les a pas inventés, mais libre à lui d'en faire ce qu'il veut, en général à des milles de ce qu'en ferait le propriétaire légitime. Chaque fan a son écriture personnelle, sa vision des choses, ses personnages favoris… il peut écrire de véritables pavés ou de petites nouvelles de trois pages, voire composer un poème en l'honneur d'un personnage disparu

En bref, il y a autant de fanfictions différentes qu'il y a de fans. C'est pourquoi il vaut mieux regarder à l'intérieur même de la fanfiction pour voir à quoi cela ressemble, plutôt que de chercher des heures durant une définition générale

Haut de page

Pourquoi écrire une fanfiction ?

Question ô combien complexe. En effet, comme nous l'avons précis ci-dessus, il y a à peu près autant de fanfictions différentes que d'auteurs. Néanmoins on peut définir quelques causes assez générales responsables de l'écriture d'une fanfiction :

Le désir d’écrire

N'est pas Jules Verne ou JK Rowling qui veut, écrire une histoire dont les personnages et l'environnement sont déjà fournis, c'est un grand avantage. On peut voir ça comme une rédaction au sujet sympa pour une fois, un apprentissage de l'écriture, un moyen de se détendre... enfin bref, pour le plaisir d'écrire comme d'autres aiment dessiner ou jouer de la musique.

Faire vivre son univers favori

En effet, si on prend l'exemple JK Rowling, qui nous offre un livre tous les deux-trois ans, il faut bien patienter, et la fanfiction peut être une solution, puisque sa forme la plus courante à la base est celle qui propose une suite hypothétique à ce qu'on a déjà lu. On y place donc tous les éléments susceptibles d'arriver (ou de ne pas arriver du tout, au choix), on s'interroge sur le passé non dévoilé, et on en oublierait presque qu'il reste encore tant de mois à attendre avant de lire la suite.

Au-delà de ces grandes banalités presque affligeantes, on peut néanmoins définir quelques grands types de comportements d'écrivains de fanfiction. Il ne faut néanmoins pas oublier que ce ne sont que de grandes lignes et que tout le monde ne rentre pas dans ces petites cases :

L’autobiographe

LLa fanfiction qui en résulte se reconnaît assez facilement. Elle peut être écrite à la première personne "je", ou si ce n'est pas le cas, elle est racontée d'un point de vue interne. Il s'agit en général d'un roman fleuve qui dure, dure… quitte à raconter les études supérieures des héros s'il le faut.

Le héros le plus mis en valeur est rarement Harry, mais sa toute nouvelle amie qui en général ressemble à l'auteur, aime la même chose qu'elle, et va même parfois jusqu'à porter son prénom (nous reviendrons sur ce type de personnage plus loin). Cette héroïne en général est comme toute adolescente, terriblement malheureuse, avec une vie pourrie, des parents odieux, et j'en passe… Il est facile d'établir des parallèles plus qu'évidents entre son histoire et sa vie.

C'est quasiment l'équivalent dans le monde de la fanfiction du journal intime.

Haut de page
Le théoricien

Cette fois-ci, la fanfiction sert à condenser les multiples idées que se fait l'auteur sur tous les points non élucidés de la saga, que ça concerne le passé ou le futur. Elle peut être soit très courte, de la taille d'une nouvelle qui suffit à elle seule à illustrer une théorie, soit très longue, mettant en œuvre toute la puissance du cerveau de l'auteur pour condenser un ensemble d'idées assez cohérent pour obtenir quelque chose.

L’analyste psychologue

Ce type de personne a une passion secrète pour l'analyse profonde et psychologiquement avancée de tous les personnages de son monde favori, et tout particulièrement les plus tordus, les plus obscurs, et en règle générale ceux dont on ne sait rien mais dont on est persuadé qu'ils cachent de terribles secrets dans leur psyché. Le genre de texte qui en résulte s'attache donc en général à un personnage en particulier, et de préférence torturé, obscur, à la frontière entre le bien et le mal… de manière générale Severus Rogue ou Remus Lupin.

Le poète

Tout est dans le titre. Soit ce type d'écrivain sait manier les mots avec virtuosité, joue sur les sonorités et les sens, les rimes, les pieds, etc., et Harry Potter est une source d'inspiration, une muse comme une autre. Autre possibilité : l'écrivain est quelqu'un de désespérément romantique.

Haut de page
L’humoriste de service : => là je plaide coupable !

L'auteur manie les situations ubuesques, rocambolesques, insensées, les jeux de mots, les répliques cinglantes, la parodie, le pastiche, et tout autre procédé susceptible de faire rire (ou tenter de faire rire ) les lecteurs.

Questions de légalité

Maintenant que les bases sont posés, il reste néanmoins un point essentiel à aborder, celui de la loi. Il n'existe aucune législation concernant directement le domaine des fanfictions, néanmoins, celle-ci dépendent avant tout du corpus de lois sur les droits d'auteurs.

Les droits d’auteurs

En parents avertis que vous êtes, et dans un pur désir de surveiller la façon dont votre enfant acquière ses musiques préférées, vous connaissez toute cette législation fortement ambiguë sur les droits d'auteurs, sur le bout des doigts.

Pour faire simple, il n'est pas légal d'utiliser des personnages, univers, et noms appartenant à untel ou unetelle. Néanmoins, étant donné que celui qui écrit une fanfiction ne touche aucun argent, ce phénomène est toléré par les propriétaires des univers, moyennant une seule politesse : le disclaimer (point abordé dans la 3e partie).

Il existe néanmoins des auteurs n'acceptant pas qu'on écrive sur leur univers, comme Anne Rice, Robin Hobb ou Terry Goodkind , et dans ce cas là, si cela n'empêche en aucun cas d'écrire, la publication est rendue plus délicate en l'absence de grand site pour héberger l'histoire.

Ce qui est implicite

Bien qu'aucune législation n'existe concernant le monde des fanfictions, il existe tout de même quelques réglementations. Certaines sont explicites, liées aux sites de publication, concernant par exemple le type de parution autorisé. D'autres sont purement implicites, appartenant plus au moins au grand corpus invisible de la "netiquette " (pour plus de renseignements, prière de consulter Internet pour les Nuls, deuxième étagère à droite dans le bureau).

Il va de soi qu'écrivains et lecteurs de fanfiction se respectent entre eux et restent polis (vous savez, comme au volant !), et donc, pas de plagiat d'écrits, et pas de publication sans l'autorisation du propriétaire.

Questions d’argent

Comme vous l'avez compris, une fanfiction s'écrit, se publie et se lit sans qu'en principe aucune pièce de monnaie, de quelque pays qui existe, ne circule. Personne ne paye quelqu'un pour écrire une fanfiction, et il va donc de soi que toute activité annexe (comme un travail de correction par exemple) se fait également par pure bonté d'âme (et, dans certains cas, pour le plaisir de lire en avant-première ). Le monde des fanfictions est donc une véritable utopie où le seul éventuel paiement est en principe la satisfaction d'avoir écrit quelque chose. Ceci dit, le système des reviews, que nous aborderons en quatrième partie, est la chose la plus proche d'un moyen de paiement

Haut de page
<< Introduction  | |   La Maison Mère >>

Dernière modification de la page : 11/04/2011

La plupart des textes se trouvant ici ont été gracieusement mis à ma disposition par leur auteur ou traduits à partir de textes publiés en ligne par ceux qui en détiennent les droits. Vous pouvez les citer mais vous devez impérativement indiquer l'auteur d'origine et/ou, le cas échéant, reprendre le lien que j'ai mis vers le texte original.
Dans la mesure du possible, merci de mettre un lien vers l'article plutôt que le recopier intégralement. Conformément à la législation, vous avez le droit de résumer ou de citer brièvement tout texte qui vous intéresse.
Toute utilisation des textes se fera selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 2.0 France.
Contrat Creative Commons